La quête de soi

Un aspect de nous mal connu 

Le soi, est cette partie de nous composée de notre conscience et inconscience.

Elle constitue notre identité véritable et profonde et non celle que nous souhaitons laisser paraître. 

Découvrir son Human Design est un bon moyen d’identifier notre mode d’emploi personnel et d’apprendre à se connaître !

On peut également définir le soi comme étant notre individualité entière. 

En philosophie, le soi renvoie à la réalité de ce que nous sommes, réalité par définition difficile à atteindre puisque notre regard est biaisé et subjectif. 

Seules l’introspection et la connaissance de soi peuvent nous y aider.

Jung appelle “processus d’individuation” le chemin qu’un individu emprunte pour devenir conscient de la totalité de ce qu’il est et retrouver un sentiment de complétude.

Pour y parvenir il est nécessaire d’accepter ses parts de lumière mais aussi ses parts d’ombres ( appelées aussi qualités et défauts mais je ne vois pas cette dualité ainsi.) 

En spiritualité, le soi est ce qu’il y a de plus universel en nous, ce qui fait que nous sommes uns : c’est notre âme pure et profonde, celle qui peut rencontrer Dieu (ou ce qu’il y a de plus grand que nous, le Grand Tout, l’Univers, la Vie etc. chacun étant libre de le nommer comme bon lui semble)

Pourquoi avons-nous du mal à rencontrer notre soi ?

 

Par peur d’égocentrisme sans doute… 

Mais c’est une erreur.

En effet la philosophie et la spiritualité invitent à aller du moi au soi, à se détacher de son ego pour enfin accéder à son être universel.

Le soi dépasse notre personnalité car il est ce qu’il y a de commun à tous les êtres vivants sur le plan physique et spirituel. 

Le soi est ce qui nous inclut parmi les autres. 

Il est notre être universel, illimité et conscient d’appartenir au “Grand Tout”. 

Le soi nous met à égalité parfaite avec tous les êtres, il nous amène à communier ensemble dans le bonheur et l’amour. 

Accéder “à soi”, c’est donc être véritablement présent au monde, au-delà de toutes les voiles, barrières ou frontières.

Mais alors, comment atteindre l’essence même de notre être, celle dépouillée de notre ego ?

Prendre conscience de son être universel demande recul et lâcher-prise. 

Ce processus de quête de soi demande :

* D’identifier les éléments qui constituent notre moi pour franchir la carapace : c’est l’introspection

* D’éloigner les pensées subies, automatiques : c’est le calme mental

* De renoncer à ses préjugés et à ses croyances limitantes,

* De guérir ses blessures : c’est la résilience

* De s’ouvrir aux autres et au monde, à la spiritualité ( à plus grand que nous)

 

3,2,1 partez !! 

Dans la vie, nous sommes toujours en quête de quelque chose : d’un travail, d’un diplôme, d’amour, de mieux-être, de vacances, d’argent, de voyages… Et j’en passe ! 

Mais… Quand se met-on en quête de soi, de SA personne? 

Quand décidons-nous de s’occuper de nous-même ?

 » Parce que c’est prétentieux et cela ne se fait pas de s’occuper de sa personne, de penser à soi » (on a dit précédemment qu’on se débarrassait de ses préjugés et croyances , pas vrai ? ;-))

 

Je trouve cette interprétation et cette « peur » dommage, car c’est l’une des premières choses sur laquelle on devrait mettre de l’énergie au contraire ! 

Je vous rassure j’ai moi aussi été comme ça. Cette décision d’empouvoirement, cette prise de conscience de mon bien-être est très récente.

La faillite de mon entreprise provoquée par la crise sanitaire actuelle, m’a “permis” ce travail intérieur profond et riche de sens afin de me relever.

La quête de soi devrait être quelque chose d’impératif à faire sur la carte routière d’une vie. 

Parce qu’apprendre à se connaître, apprendre ce qu’on aime vraiment et ce qu’on veut vraiment, ça vaut tout l’or du monde et procure une libération certaine !

On se libère de nos fardeaux, de nos maux, de nos blessures et masques ainsi que de nos conditionnements extérieurs.

Cela peut paraître un vaste programme et sembler trop, mais au final on est bien la seule personne avec qui nous allons cohabiter 100% du temps dans notre vie. 

On va s’accompagner dans les hauts et les bas, dans le bon comme le mauvais. Pour être sûr de se soutenir et s’aimer sans faille, il faut se connaître.

Ce que je souhaite exprimer ici c’est que l’on doit faire de sa personne une des priorités dans sa vie

Oui, il faut qu’il y ait de la place pour autre chose, c’est normal et équilibrant de vouloir se développer dans d’autres sphères, sauf qu’au final, rien n’est plus important que sa propre sphère, qui peut être si belle et si épanouissante !

J’ai toujours souhaité me connaître, guérir mes blessures et malgré cela, malgré une résilience certaine, je m’aperçois aujourd’hui que ces 6 derniers mois, j’ai avancé comme jamais !

Pourquoi ?

Car après avoir déblayé le chemin (grâce aux années de thérapie précédentes) j’ai décidé de reprendre le pouvoir et non plus tenter de me protéger de mes peurs et de mon passé.

La posture est différente même si bien sûr dans les 2 cas je cherche à aller mieux.

Avec le développement personnel et spirituel, le Human Design et la prise en compte de mon cycle féminin, j’ai acquis une puissance insoupçonnée jusqu’alors !

S’ajoutent à cela, confiance en moi, épanouissement personnel, professionnel et familial, amour de soi, éveil spirituel, conscience de soi etc.

Le top quoi 😉

Bien sûr, ce n’est pas tous les jours extase, joie et satisfaction, mais je garde plus facilement le cap qu’à une certaine époque grâce à l’acquisition de tous ces différents outils de mieux-être.

Au final, je suis tellement heureuse des choses que je découvre, de ce que je teste, mais surtout de la personne que je façonne. 

Une personne enfin à mon image, une personne qui me rend fière et avec laquelle je peux et je veux marcher main dans la main.

Je crois que cela ne m’était encore jamais arrivé…

Laurie